Ajouter un plugin

  explications opérationnelles/techniques


Rappelons qu’un plugin est la programmation sous forme "prêt à l’emploi" distribuable d’une fonctionnalité complémentaire au "core" de SPIP, qu’il s’agisse d’un simple thème ou squelette HTML ou de développements importants (comme la gestion comptable d’une association...).

L’ajout de plugins -à choisir parmi les quelques 600 actuellement recensés- est désormais automatisé [1], donc facile à faire -réservé au Webmestre, tout de même- quand le plugin ne fait pas déjà partie des extensions de la distribution de SPIP..

 
 
 
 

Les plugins sont des paquetages pré-organisés, que SPIP saura utiliser pour activer des fonctionnalités nouvelles (nouveaux fichiers squelettes, extensions des fonctionnalités dans l’espace privé, nouveaux objets editoriaux ou traitement particuliers) sans besoin de programmation aucune : quelque clics suffisent...

En règle générale, les plugins sont proposés sous forme d’un fichier .zip d’archive compactée, téléchargeable et transférable par FTP vers un emplacement précis de votre site SPIP.

- Ajout par FTP
Avec le meme processus que la recherche de squelettes dans plusieurs répertoires, SPIP utilise directement les plugins, déposés chacun dans leur sous-répertoire dédié de./plugins/.

- Ajout automatisé
Sous réserve de rajouter un sous-répertoire dédié ./plugins/auto/, l’ajout devient automatisé avec les dernières versions de SPIP : il vous suffit désormais de choisir le plugin voulu dans la liste proposée en menu Configuration de l’espace privé...

- Mises-à-jour
Quand l’ajout automatisé n’existait pas, une lame du Le Couteau Suisse vous proposait déjà d’automatiser ce processus, plugin par plugin, ce qui facilitait le contrôle de compatibilité ; depuis SPIP 3, l’usage des API de SPIP s’est généralisée, éliminant la plupart des soucis [2], et ce processus est intégré avec Installation de plugins, pas de soucis SVP.


Merci de nous signaler les coquilles ou erreurs qui figureraient dans cette page.

[1Le gestionnaire de chargements des plugins, assurera également le contrôle de versions, et peut se charger des mises-à-jour automatiques !

[2Le principal risque est aujourd’hui que les plugins ne fonctionnent qu’avec un SGBD SQL, sans respecter/utiliser les fonctions API spip_sql......

[3Le gestionnaire de chargements des plugins, assurera également le contrôle de versions, et peut se charger des mises-à-jour automatiques !


Liens visibles seulement pour les inscrits.

Article publié le 4 mars 2012, et actualisé en juin 2017 .

Répondre à cet article