Les logs d’erreurs PHP

  retrouver les journaux enregistrés par SPIP


Tout programme peut générer des erreurs... et SPIP n’échappe pas à cette règle ; mais, pour faciliter l’identificaiton, les erreurs des divers modules intervenants sont enregistrées ddans des fichiers temporaires que vous pouvez retrouver pour consultation.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 Les fichiers journaux d’erreur

Dans le fonctionnement d’un serveur Web avec SPIP, toute consultation de page met en jeu jusqu’à quatre programmes principaux (revoir Serveur, base de données, ftp, à quoi ça sert ?, dont PHP) , qui ont tous l’enregistrement de journaux d’exécution, particulièrement en cas d’erreurs, mais tous ceux-ci ne sont pas toujours consultables sur les serveurs d’exploitation dédiés ou mutualisés, meme par FTP :
- le serveur Apache (mais ses journaux sont rarement accessibles)
- le module d’exécution php (et parfois le cache associé), sans journalisation propre
- la journalisation SPIP (qui sera détaillée ci-après),
- le moteur de SGBD (accessible selon les cas...)

Ces fichiers sont toujours dans le sous-dossier ./tmp/log/ automatiquement créé à installation dans votre dossier SPIP [1] : voici un exemple réel :

PNG - 18.4 ko
Contenu d’un /tmp/log/
Les 4 fichiers (en rotation) spip.log,
et d’autres fichiers de log plus spécifiques...

On remarquera particulièrement les quatre fichiers successifs nommés spip.log (.1, .2, .3 ) organisés pour une succession automatique ; comme SPIP ré-écrase les messages les plus anciens, vous comprendrez qu’une consultation rapide s’impose parfois, voir une sauvegarde immédiate si Votre site est "hacké" !...

Egalement, en cas d’Horreur, un message d’erreur PHP ! ?, il peut s’avérer utile d’examiner ces fichiers pour approfondir le diagnostic : une solution très simple est d’utiliser un plugin capable d’intégrer leur visualisation dans SPIP : le plugin Simple-Logs...

 Configurer le niveau de log

Pour mieux configurer les journaux de SPIP, vous pouvez ajouter différentes directives de configuration, indiquées en fin de page sur le déboggage SPIP, directement dans mes_options ou par l’intermédiaire d’une lame dans Le Couteau Suisse : dans la configuration du CS, il faut rechercher en bas, la catégorie "Developpement" et choisir d’activer la lame de CS : SPIP et les Logs...
Il ne reste plus qu’a reprendre la visualisation par Simple-Logs.

 Suivre les erreurs SGBD

Grâce aux possibilités multi-base de SPIP, on peut gérer -et suivre- les accès aux tables ; cela permet souvent de déceler les soucis de programmation sur Les formulaires CVT .

Dans l’exemple ci-dessus, on aperçoit bien les fichiers de suivi des accès MySQL (également générés par SPIP en suivant le même principe de rotation...), mais aussi les traitement sqlite (utilisés pour les dump standards), et les mises à jour de paquet..

Nota Bene : dans certains cas de configuration, des tables SQL n’étaient pas correctement gérées, entrainant des erreurs : la visualisation des fichiers de log (particulièrement ceux des SGBD : moteurs et documentations SQL / SPIP) peut en apporter le diagnostic...


Merci de nous signaler les coquilles ou erreurs qui figureraient dans cette page.

[1Ce qui nécessite d’avoir correctement établi les droits /répertoires du serveur ; voir en cas de besoin Rétablir les droits des dossiers.


Liens visibles seulement pour les inscrits.

Article publié le 29 août 2015, et actualisé en juillet 2016 .

Répondre à cet article